Zoé Genot
Accueil du site > Contre ! > Rayon cosmique et erreur de comptage du vote électronique lors des élections (...)

Rayon cosmique et erreur de comptage du vote électronique lors des élections du mai 2003

mercredi 25 avril 2007, par Zoé Genot

Le Ministre a du reconnaitre l’erreur de comptage du système de vote électronique à Schaerbeek lors des dernières élections, et a reconnu qu’il ne peut affirmer que cela ne se reproduira plus ou qu’il n’y ait eu des erreurs ailleurs. Et cela à cause d’un rayon cosmique qui a touché la mémoire d’une des urnes électroniques de Schaerbeek ! Puisse ce rayon cosmique permettre de sensibiliser des députés encore acquis au vote électronique !

Question de Mme Zoé Genot au vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur sur"une erreur de comptage par le système de vote électronique lors des élections du 18 mai 2003" (n° 101)

Zoé Genot (ECOLO) : Monsieur le président, à l’occasion des dernières élections, nous avons eu droit, en Région bruxelloise, à un petit incident connu comme l’incident de Schaerbeek : un candidat a eu 4.096 voix de trop. Cela a pu être détecté car, heureusement, on s’est rendu compte de l’aberration mathématique. L’incident s’est produit et n’a pas été comptabilisé. On a même pu localiser le problème. Mais quand les experts ont cherché la cause de ce problème pour pouvoir définitivement l’éliminer, ils ont dit que – je cite - "le collège conclut que l’erreur a très probablement été occasionnée par une inversion spontanée et aléatoire d’une position binaire". Après avoir lu cela, je me suis demandé ce que cela signifiait. Je me suis renseignée chez des experts informaticiens. Leur réponse n’est pas tellement plus rassurante. Ils m’ont expliqué qu’un rayon cosmique, venu du fin fond de l’univers, touche l’ordinateur et provoque des réactions imprévisibles. Que les résultats des élections puissent être troublés par des rayons cosmiques venus du fin fond de l’univers, cela paraît très drôle dans un premier temps. Mais dans un deuxième temps, cela paraît nettement moins drôle ! Cette fois, on a pu détecter l’erreur, on s’est rendu compte de l’aberration mathématique ! Mais si ce rayon cosmique était venu avant le comptage, celui-ci aurait pu être intégré et l’erreur n’aurait pas été détectée. Je me demande quelle est la probabilité que ce genre de rayons cosmiques venus du fin fond de l’univers frappent les machines de vote.

(…) : Uniquement les machines de vote ?

Zoé Genot (ECOLO) : Non, toutes les machines. Quand cela frappe votre ordinateur, si votre question orale en est légèrement transformée, je pense que c’est dérangeant mais acceptable. Mais quand cela touche un système censé être fiable au dernier carat, cela me pose un peu plus de problèmes. Qu’a-t-on pu mettre en place pour éviter ce genre de situation ? Va-t-on continuer, aux prochaines élections, avec ce système de vote qui peut être à la merci de phénomènes incontrôlables ?

Le président : Merci, madame Genot, de vous inquiéter de l’influence des Martiens sur nos élections.

Patrick Dewael , ministre : Monsieur le président, chers collègues, j’informerai la commission des événements survenus lors des élections 2003 à Schaerbeek. Un collège d’experts a été chargé d’examiner cet incident le 18 mai à 22.30 heures. Le bureau principal du canton a constaté qu’un candidat d’une petite liste du bureau 68 avait obtenu un nombre de suffrages nominatifs supérieurs au nombre total de bulletins en faveur de cette liste. Cela n’était évidemment pas possible. Une enquête a débuté le 19 mai. Etaient présents à ce moment, le président du bureau de canton, des représentants du SPF Intérieur et du collège d’experts ainsi que la société Steria, qui avait fourni le matériel de vote automatisé, tout comme le bureau Van Dijck qui avait émis un avis favorable sur la conformité des matériels. D’après l’analyse des disquettes, le problème s’est limité à un seul bureau de vote. Les votes ont été recomptés au départ des cartes magnétiques et le nouveau procès-verbal ne laissait plus apparaître d’erreur. La différence avec le PV initial s’élevait à 4.096 voix de préférence. Le 22 mai, une nouvelle réunion a démontré que l’erreur a très probablement été occasionnée par une inversion spontanée et aléatoire du système binaire (ceci figure dans le rapport du 2 juin 2003). Par ailleurs, le PC a été vérifié et n’a montré aucune autre anomalie.

En réponse à vos quatre questions, je dirai que :

- tout d’abord, ce phénomène est aléatoire et l’on ne peut pas affirmer que le problème ne se reproduira jamais là ou ailleurs ;

- deuxièmement, on ne peut exclure qu’un tel incident se soit produit ailleurs, mais il est vraisemblable que si cela avait été le cas, l’erreur aurait été détectée lors de la consultation du procès-verbal du bureau ;

- troisièmement, les codes-source de ces logiciels ont été, en toute transparence, rendus accessibles au public avant les élections ;

- quatrièmement, il ressort des conclusions que l’incident de Schaerbeek ne remet pas en cause la fiabilité du vote électronique, même si un dysfonctionnement ne peut pas être exclu a priori, mais elles ne proposent aucune solution pour l’éviter. Mon souci est évidemment de faire en sorte qu’un tel incident ne se reproduise plus. C’est pourquoi j’ai demandé à mon administration de rechercher un logiciel qui soit en mesure de corriger ce type d’erreurs, si possible avant les élections européennes et régionales de juin 2004.

Zoé Genot (ECOLO) : Monsieur le président, je suis ravie d’entendre que le ministre partage nos opinions en la matière. J’espère que l’on trouvera le logiciel adéquat, à moins que le rayon cosmique n’influence positivement notre liste !

(Extrait du Compte rendu intégral de la réunion de la Commission de l’Intérieur de la Chambre du 30 septembre 2003 – CRIV 51 COM 007)

Suivre la vie du site Fil RSS 2.0 | | Plan du site | Site réalisé avec le logiciel libre
Police des titres : MEgalopolis Extra, de la fonderie SMeltery.